Fatema Katashiya Anees
Cuisine syrienne
Strasbourg

ACTUELLEMENT  •  Participe au Refugee Food Festival sur le marché de noël de Strasbourg et va commencer une formation en cuisine en janvier
PROJET  •  Souhaite ouvrir sa propre pâtisserie

SPÉCIALITÉ  •  Halawet el jeben, pâtisserie traditionnelle syrienne

REFUGEE FOOD FESTIVAL 2018  •  Le Botaniste (Strasbourg, France)

Portrait

Son histoire

Fatema Katashiya Anees et sa famille vivaient dans une maison récemment acquise à Alep lorsque la guerre a éclaté en Syrie. Elle ne travaillait pas mais les revenus de son mari Abdoul, tourneur-fraiseur,  étaient suffisants pour assurer leur confort de vie. Leur fille Asna avait 5 ans lorsque les bombardements ont commencé en 2012. Contrainte d’abandonner son logement, la famille est alors allée vivre chez des proches. Cette situation difficile, combinée à l’insécurité croissante, les a contraint à changer régulièrement de logement.

En 2014, Fatema et son mari ont finalement décidé de quitter la Syrie pour tenter leur chance en Turquie. D’abord pour sa proximité mais aussi parce qu’Asna n’avait jamais été scolarisée. Abdoul y a effectué quelques travaux, mais il s’agissait toujours d’emplois précaires et instables. La famille a ainsi voyagé de de ville en ville, en quête de stabilité et d’intégration. En vain. C’est donc inévitablement, comme des millions d’entre eux, qu’ils ont fini par rejoindre la route des migrants vers l’Europe. Arrivés tous les trois à Strasbourg, ils ont finalement obtenu le statut de Réfugiés.

Sa cuisine

Comme la plupart des jeunes filles syriennes, Fatema a appris la cuisine à travers les enseignements de sa mère. Elle cuisine de tout, des plats traditionnels comme des desserts. Elle a également l’habitude de cuisiner en très grandes quantités. Sa spécialité, c’est la pâtisserie syrienne : Halawet el jeben, kanafeh, baklava, mamoul, kadaiefs, dont elle connaît tous les secrets. Depuis qu’elle est en France, elle se forme également à la confection de gâteaux d’anniversaire et rêve d’ouvrir sa propre boutique.

Aujourd’hui

Fatema dit se sentir mieux depuis son arrivée à Strasbourg. La barrière de la langue reste cependant très contraignante et son mari n’a pas encore trouvé d’emploi. Leur fille Asna, enfin scolarisée en CM2, a fait beaucoup de progrès et aide ses parents au quotidien. La participation au Refugee Foood Festival a été l’occasion pour Fatema de faire preuve de ses compétences en cuisine, mais aussi en organisation et gestion du stress. Elle a su mener à bien l’ensemble de la préparation et a pu compter sur l’aide de toute sa famille. La collaboration avec l’équipe du Botaniste a été un succès et a conforté Fatema dans sa volonté de devenir cheffe pâtissière en Alsace.