Bassem Ataya
Cuisine syrienne
Lille

ACTUELLEMENT  •  A monté son propre service traiteur à Lille : Ataya !

SPÉCIALITÉ  •  Kebbehs, bouchées de boulghour farcies à la viande

Portrait

Nous rencontrons Bassem au café de la Fontaine à Verlinghem, sa femme Reem à ses côtés et leur petite fille Mira sur ses genoux. Les langues se délient rapidement en parlant de cuisine et la bonne humeur est de partie.

LES ORIGINES

Tout a commencé dans la cuisine de ma mère“. Aussi loin que sa mémoire remonte, Bassem se souvient avoir toujours aimé cuisiner. Originaire de Damas, c’est auprès de sa mère que le benjamin de la famille développe une passion pour la cuisine. Il nous explique que pour eux, il est très important que tout le monde mette la main à la pâte : dès l’âge de 16 ans, il partage son temps entre la cuisine de sa mère et l’atelier de couture familial. Plus tard c’est sa femme, sa fille et leurs amis qui se régaleront en mangeant ses délicieuses préparations. La cuisine a une place importante dans la vie de Bassem, mais comme il nous l’a rappelé lors de nos échanges « la cuisine est une passion et non mon métier ». En effet, en Syrie, Bassem travaillait dans l’administration d’un journal et dans le marketing avant de quitter son pays avec sa femme et leur fille à peine âgée de quelques mois pour la France.

 

SA CUISINE

Arrivé en France, c’est tout naturellement que Bassem se plonge dans des livres de cuisine française et fait découvrir à sa famille une multitude de nouveaux plats typiques de leur nouveau « chez nous ». Tout y passe, la blanquette de veau, la ratatouille, le pot-au-feu… Avec sa femme, ils s’amusent à comparer certains plats qui selon lui présentent des similitudes comme la ratatouille et le tabakh roho venant de Syrie.

Pour Bassem, cuisiner c’est faire plaisir à tout le monde : il a par exemple pensé à intégrer un plat végétarien à son menu du Refugee Food Festival. Mais aussi d’associer à ses spécialités syriennes, notamment les kebbehs, des petites touches de cuisine française. Il nous explique rapidement comment il s’y prend sans nous dévoiler ses petits secrets et notamment les épices qu’il utilise. Il nous confie même « s’être entraîné pour le jour J ».

 

AUJOURD’HUI 

Bassem vient aujourd’hui de monter son service traiteur. Il a à maintes reprises montré ses talents de cuisinier à l’occasion de repas caritatifs et pendant les deux éditions du Refugee Food Festival auxquelles il a participé. C’est à la suite du festival 2018 qu’il s’est lancé, avec sa femme Reem. Après une belle collaboration avec le fameux chef Simon à l’Avant Goût de la Cuisine Commune, Bassem à décidé de réaliser son rêve et de créer “Ataya Traiteur“, où “tout est fait avec amour”. Il fait maintenant découvrir sa délicieuse cuisine syrienne sur Lille et sa région !

C’est un joli projet pour une famille qui a déjà adopté sa nouvelle patrie : « nous sommes lillois, nous avons même passé l’épreuve du Maroilles » !

Avec le Refugee Food Festival

Bassem a participé à deux éditions du Refugee Food Festival : en 2017 à la Vivat Factory, et en 2018 à L’avant goût de la cuisine commune à Lille, aux côté de chef Simon.