Armand HASANPAPAJ
Cuisine albanaise
Lyon

ACTUELLEMENT  •  Suit un BTS à Lyon dans la cuisine et recherche une alternance pour un master à Paris
PROJET  •  Souhaite ouvrir son propre restaurant

Portrait

Nous nous étions donné rendez-vous un dimanche matin près de l’Hôtel de Ville. Comme  convenu, Armand est arrivé accompagné de Fatime, sa mère. C’est avec elle qu’il cuisinera dans le cadre du Refugee Food Festival.  Il émane d’eux une joie et une complicité touchantes : la fierté d’une maman pour un fils qui, malgré tous les obstacles, a su trouver sa voie, et l’amour protecteur d’un fils qui prend soin de traduire chacune de mes phrases pour que sa mère puisse suivre notre conversation.

La cuisine n’est pas une passion pour Armand. C’est bien plus que cela. C’est son moteur. Je m’en suis rendue compte dès les 5 premières minutes de notre rencontre. Armand est un garçon de sa génération, alors c’est smartphone à l’appui que s’est déroulée notre conversation. Pendant une heure, nous avons tous les trois navigué entre Instagram, l’Albanie, la France, le passé, le présent et le futur, surtout le futur… Un futur désormais plein de promesses pour un cuisinier plus que prometteur.

L’ORIGINE

Armand est originaire d’Albanie, il a 20 ans. Lui et sa famille sont arrivés en France en 2013. Chez eux, la cuisine c’est presque une tradition familiale. Quand ils habitaient à Tirana, la capitale albanaise, Fatime tenait sa propre pâtisserie et Armand passait beaucoup de temps à la regarder cuisiner. Mais avant de s’imaginer en chef étoilé, Armand a passé son enfance dans l’univers de la danse folkorique. Il a commencé tout petit, à 6 ans. Et, en travailleur acharné qu’il était déjà, il est rapidement devenu le soliste de sa troupe. Tournées à l’étranger, passages télé… la jeune carrière d’Armand s’est vite avérée prometteuse. A tel point qu’il a longtemps eu comme ambition de devenir chorégraphe professionnel. Des arts de la scène aux arts de l’assiette il n’y a qu’un pas. C’est son arrivée en France qui a tout changé et qui a donné naissance à sa nouvelle vocation : la cuisine.

SA CUISINE

Armé d’une détermination sans faille et d’une force de travail impressionnante, Armand s’est investi à 100% dans sa nouvelle passion. Ce qui lui plait, ce qui l’obsède dans la cuisine, c’est la création et le raffinement. Il construit chaque assiette comme un tableau. Les dizaines de photos qu’il me montrent parlent d’elles-mêmes : Armand est un artiste exalté, minutieux et inspiré. Si la cuisine albanaise reste sa madeleine de Proust, c’est de gastronomie française dont il est féru. Des étoiles plein les yeux, Armand m’apprend que sa formation (il passe actuellement un bac pro cuisine) lui  a permis de faire des stages et de travailler chez les plus grands chefs lyonnais : Mathieu Vianney, Fabrice Moya, Régis Marcon… Rigoureux, créatif et battant, son rêve devient le mien: je l’imagine déjà en chef étoilé dans quelques années. Et mes papilles s’en réjouissent d’avance.

AUJOURD’HUI

Pour l’heure, Armand est donc en train de passer son bac. Et il sait déjà qu’il est sélectionné pour le fameux BTS Hôtellerie Restauration de Dardilly. Une grande fierté pour lui et aussi pour sa mère qui me regarde en souriant. Une fois le BTS en poche, Armand envisage de travailler pendant quelques années dans les cuisines d’un restaurant étoilé. Et ensuite, il projette d’ouvrir son propre établissement. A Lyon ? Pas forcément, peut-être plutôt à l’étranger, en Thaïlande ou au Japon par exemple. « Un chef albanais qui propose de la cuisine française en Asie, c’est original non ? » me dit-il plein d’entrain. Voilà qui fait tout de suite moins sourire sa maman. Elle a du mal à envisager que sa famille si soudée puisse être séparée par une telle distance.

Mais que ce soit en France ou à l’étranger, une chose est sûre : Armand ne lâchera rien. Et comme l’écrivait une journaliste de Tirana au sujet de celui qu’elle appelle le « roi albanais de la cuisine française », tout cela c’est une belle histoire qui vient juste de commencer. Et moi, j’ai bien hâte d’en connaître la suite…