Antony Atoba
Cuisine nigériane
Marseille

SPÉCIALITÉ  • Wedges de patates douces aux graines

REFUGEE FOOD FESTIVAL 2018  • La Piscine (Marseille, France)

Portrait

LES ORIGINES

Anthony vient de fêter ses 30 ans. Il vient du Nigéria, plus précisément du Nord du Nigéria. Il est arrivé à Marseille en 2016.

Anthony a fait des études en ingénierie mécanique puis il a suivi une formation en cuisine. Pas toujours facile en effet de trouver un emploi en adéquation avec son diplôme. Il s’est alors retrouvé à travailler dans un fast-food, avant de quitter le Nigeria il y a deux ans.

SA CUISINE

La cuisine pour Anthony, c’est une affaire de famille ! Chez lui, tout le monde cuisinait. Depuis tout jeune, il a vu sa mère mais aussi son père, ses frères et sœurs s’activer devant les fourneaux : du riz, des légumes, des viandes, du poisson…Il me parle de plats dont le nom sonne comme une énigme pour moi « pandediam » et autres « egusi » mais en l’écoutant me décrire les ingrédients, photos sur son téléphone à l’appui, me vient l’eau à la bouche.

Pour lui, le Refugee Food Festival, c’est un vrai défi ! L’occasion de montrer ses capacités et de se prouver à lui-même qu’il en est capable…

AUJOURD’HUI

Anthony se sent bien à Marseille. Il trouve que les gens sont accueillants, qu’ils vivent en paix et en harmonie. Il aime particulièrement l’ambiance du Vieux-Port, là justement où il va cuisiner pour le festival.

A Marseille, il peut aussi trouver tous les ingrédients pour réaliser ses recettes nigérianes. Pour cela, il se rend régulièrement du côté de la Belle de Mai.

Pour lui, Marseille est une ville libre. Il aimerait y rester pour apprendre le français et se former dans la cuisine française, même s’il confesse la trouver pas assez épicée à son goût !

Avant de quitter Anthony, je lui demande de résumer sa vision de la cuisine… « Rendre les gens heureux » me répond-il simplement avant d’ajouter que cuisiner c’est « donner la vie ».